De l’importance d’une bonne planification pré opératoire en Chirurgie Orthopédique, apport de l’ordinateur par le Docteur Duong LE THAI

La chirurgie orthopédique est une bonne spécialité pouvant mettre en exergue nos compétences en géométrie dans l’espace…

La planification pré opératoire est un moyen efficace pour prévoir les éventuelles difficultés opératoires à commencer par cibler le choix des implants.

Au moment de notre formation chirurgicale, l’accent était mis sur le calcul des axes mécaniques, anatomiques, diverses angulations etc… sur les radiographies. Mais force est de constater que le coefficient d’ agrandissement des radiographies  est aléatoire ce qui rend caduque l’utilisation de nos calques pour les implants orthopédiques, ces calques étant faits pour un agrandissement précis (en général à 115%).

Avec l’apport de l’ordinateur, ce problème est réglé  grâce un calibrage précis préalable de la radiographie ( par exemple au moyen d’une bille métallique de diamètre connu , situé à proximité de l’os à étudier).

Ainsi avec la numérisation des radiographies et la mise en place des calques des implants prothétiques , tous les jeux sont permis.

Ainsi une bonne planification préopératoire avant la mise en place d’une prothèse totale de hanche permet de faire face à la variabilité anatomique présentée par les patients. Les gammes d’implants proposées par les laboratoires sont  très vastes et variés permettant de faire face à toutes les situations anatomiques des plus complexes. Mais encore faut il appréhender au préalable  afin de commander au préalable les bons implants et ainsi d’éviter de se retrouver en per opératoire en situation de défaut…

Ainsi  la tige fémorale pourrait-elle être droite, latéralisée, en coxa valga ou en coxa vara, plus courte en raison d’un matériel fémoral pré-existant, monobloc ou modulaire etc… le tout étant de respecter au final les critères de bon positionnement avec restauration des éléments fonctionnels.

Ainsi seront mesurés une variation de longueur prédictible des membres inférieurs en post opératoire ce qui est un véritable problème dans la mise en place d’une prothèse de hanche.

De même, les trajets préalable des ostéotomies  pourraient être étudiés afin de prévoir la variation des axes mécaniques au final des membres après chirurgie.

Pour illustrer mes propos sont montrés ici deux exemples pratiques pour lesquels la planification préalable est importante permettant de sécuriser l’acte chirurgical à venir.

La chirurgie orthopédique est une bonne spécialité pouvant mettre en exergue nos compétences en géométrie dans l’espace…

La planification pré opératoire est un moyen efficace pour prévoir les éventuelles difficultés opératoires à commencer par cibler le choix des implants.

Au moment de notre formation chirurgicale, l’accent était mis sur le calcul des axes mécaniques, anatomiques, diverses angulations etc… sur les radiographies. Mais force est de constater que le coefficient d’ agrandissement des radiographies  est aléatoire ce qui rend caduque l’utilisation de nos calques pour les implants orthopédiques, ces calques étant faits pour un agrandissement précis (en général à 115%).

Avec l’apport de l’ordinateur, ce problème est réglé  grâce un calibrage précis préalable de la radiographie ( par exemple au moyen d’une bille métallique de diamètre connu , situé à proximité de l’os à étudier).

Ainsi avec la numérisation des radiographies et la mise en place des calques des implants prothétiques , tous les jeux sont permis.

Ainsi une bonne planification préopératoire avant la mise en place d’une prothèse totale de hanche permet de faire face à la variabilité anatomique présentée par les patients. Les gammes d’implants proposées par les laboratoires sont  très vastes et variés permettant de faire face à toutes les situations anatomiques des plus complexes. Mais encore faut il appréhender au préalable  afin de commander au préalable les bons implants et ainsi d’éviter de se retrouver en per opératoire en situation de défaut…

Ainsi  la tige fémorale pourrait-elle être droite, latéralisée, en coxa valga ou en coxa vara, plus courte en raison d’un matériel fémoral pré-existant, monobloc ou modulaire etc… le tout étant de respecter au final les critères de bon positionnement avec restauration des éléments fonctionnels.

Ainsi seront mesurés une variation de longueur prédictible des membres inférieurs en post opératoire ce qui est un véritable problème dans la mise en place d’une prothèse de hanche.

De même, les trajets préalable des ostéotomies  pourraient être étudiés afin de prévoir la variation des axes mécaniques au final des membres après chirurgie.

Pour illustrer mes propos sont montrés ici deux exemples pratiques pour lesquels la planification préalable est importante permettant de sécuriser l’acte chirurgical à venir.

Prothese totale de hanche gauche 2
Prothese totale de hanche gauche 1

Cas d’une ostéotomie fémorale de réaxation de membre inférieur, permettant de définir les trajets et type de résection osseuse et par ainsi de  commander le  type d’implants à  prévoir

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Catégories

Articles récents

Aller au contenu principal